Les armoises

Les armoises

Un peu d’histoire sur les armoises
Etymologiquement dédié à Artémis soeur jumelle d’Apollon, Artemis est veuve de Mausole, roi de Carie; signifie en grec « intégrité » et devient la protectrice de toutes les femmes.

Ce genre botanique fait partie des Asteraceae et contient environ 400 espèces situées principalement dans l’hémisphère nord.

Se sont des plantes intéressantes et étonnantes par les arômes dégagés par leurs feuillages finement ciselés ainsi que par leurs nuances de tons vert sombre, gris et argent. Leurs floraisons insignifiantes sont compensée par la beauté de leurs feuillages.

Une des armoises la plus connue – surtout dans notre canton de Neuchâtel – est bien sûr l’Absinthe, connue déjà depuis la Grèce antique comme stomachique pour stimuler l’appétit, pour le traitement des insuffisances hépatiques ainsi que pour favoriser et régulariser les règles. Elle est citée pour la première fois par Hippocrate et par la déesse Artemis qui lui aurait donné son nom en reconnaissance de ses bienfaits. Les grecs la nomme apsinthion (de a privatif et psithios le plaisir, parce qu’elle est très amère) et les romains absinthium). Par extension de toutes les vertus thérapeutiques les plus précieuses qu’on lui reconnaît depuis la Haute Antiquité, Artemisia signifie « bonne santé ».

ligne_sauge

Soins aux armoises

Les Artemisia sont des plantes rustiques (vivaces) ou semi-rustiques, buissonantes, annuelles ou bisannuelles. Elles ont besoin de soleil et d’une terre de préférence alcaline, bien drainée. Rabattre sévèrement au printemps pour permettre une bonne ramification ainsi que pour avoir des plantes trapues. Elles gagnent aussi à être retaillées après la floraison afin d’éviter un semis sauvage ce qui provoque aussi un nouveau départ de végétation.

ligne_sauge

Quelques espèces et variétés intéressantes

Elles s’appellent Citronnelle ou Aurone, Armoise, Estragon, hé oui… ou encore Absinthe, Génépi, Wermouth; bref des noms évocateurs de boissons utilisées en « apéritif ».

L’Absinthe a été utilisée massivement pour la préparation de liqueurs et boissons apéritives. L’usage prolongé de ces boissons alcooliques engendre un processus de dégénérescence irréversible du système nerveux central. Cette neurotoxicité fut reconnue dès le début du siècle dernier et entraina l’interdiction de ces boissons. La responsable en est la thuyone associée à l’alcool. En infusion, l’Absinthe ou Grande Absinthe ne présente aucun danger car la thuyone n’est pratiquement pas soluble dans l’eau et sa teneur dans la plante est faible. La Petite Absinthe est une autre armoise s’appelant Artemisia pontica, assez différente de la première car son feuillage est très finement découpé; elle entre elle aussi dans certaines recettes d’Absinthe.

Artemisia genepi plus connue dans la région du Val d’Aoste (Italie) est,  utilisée actuellement encore pour la fabrication de boissons alcooliques sous le nom de Génépi. Cette plante de petite taille pousse sur les moraines des glaciers; elle est rare et protégée dans la plupart des pays alpins et ne contient pas de thuyone.

Citronnelle ou Aurone sont les deux noms communs donnés à Artemisia abrotanum. Elle a des senteurs de citron, d’absinthe et même de camphre selon les variétés ce qui lui confère certains pouvoirs pour éloigner les mouches. A part ça, c’est une plante d’une grande rusticité (résiste facilement à -15° et plus) ainsi qu’à la sécheresse. Pour une plante montant allégrement jusqu’à 1 mètre de hauteur, voilà qui la rend intéressante à placer dans certains massifs.

Enfin, une plante aromatique très utilisée en cuisine est Artemisia dracunculus var sativa pour l’Estragon. Cette plante est riche en huiles essentielles, donc très aromatique. Elle est utilisée surtout dans l’alimentation comme assaisonnement dans les salades par exemple, mais peut aussi l’être pour le traitement des troubles digestifs. Attention lors de vos d’achats de plante d’Estragon, car seules les plantes issues de boutures provenant de plantes ayant du goût sont vraiment valables en cuisine. Malheureusement encore trop d’amateurs « se font avoir » par des prometteuse graines d’Estragon de Russie, Artemisia dracunculus var inodora, qui donne des plantes dont seule la végétation vous en donnera pour votre argent et non le goût!

D’autres armoises intéressantes pour diverses raisons:

Artemisia arborescens avec son feuillage très aromatiques, argenté, soyeux et finement découpé.
Artemisia judaica, pour son port trapu et couvrant très bien le sol.
Artemisia stelleriana pour son feuillage blanc et cotonneux
Artemisia vallesiaca – ma préférée – avec son parfum et sont port de feuilles découpées en dentelle, formant une masse fine et légère.
Artemisia annua, une armoise chinoise faisant l’objet de grande recherches comme plante médicinale pour la production d’artémisinine.

ligne_sauge

Notre petite collection d’armoises augmente régulièrement et fait l’objet cette année d’une exposition spéciale dans notre jardin de curé; elle partage un carré avec des plantes fort diverses aux senteurs de citron.

A bientôt pour une visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *