Les menthes

Les menthes

Juste un peu de botanique …

Les menthes appartiennent au genre Mentha qui comprend plusieurs espèces. Elles font partie de la grande famille des lamiacées; tout comme les basilics, sauges, romarins, sariettes, origans et marjolaines, agastaches et beaucoup d’autres plantes aromatiques. Certaines plantes surnommées « menthe » n’en sont tout simplement pas comme la menthe-coq (Tanacetum balsamita, une astéracée comme la marguerite!) dont elle n’a que l’odeur ou certaines menthes dites de montagne (Pycnanthemum d’Amérique du Nord ou la Calamintha grandiflora) ou encore certains Micromeria que l’on trouve des Iles Canaries jusqu’en Chine. Certaines Monarda, originaires d’Amérique du Nord faisant elles aussi partie de la grande famille des labiées se déguisent en menthe. La menthe à chat Nepeta cataria, proche parente des menthes est un puissant aphrodisiaque pour certains chats (son odeur rappelle les phéromones félines). Elles seraient frivoles, même un peu libertines! Figurez-vous que seules 8 véritables espèces sont recensées en Europe alors que les hybrides se comptent par centaines … Ce constat vaut pour la planète entière; en effet, pour 25 à 40 espèces reconnues, il existerait plus de 1200 hybrides!

Ce genre est un véritable casse-tête pour les botanistes car en plus des hybridations multiples, s’ajoute un grand polymorphisme au sein de chaque espèce.

… et de mythologie

On raconte que Hadès (Pluton chez les romains), dieu des Enfers n’était pas à un vice près. Il aimait parcourir la campagne à la recherche d’amourettes. Lorsqu’il vit la nymphe Mintha pour le première fois, il eut un coup de foudre. Normal pour le dieu des Enfers! Malheureusement pour la nymphette, Perséphone, la légitime d’Hadès apprit rapidement les frasques de son époux et pour se venger; elle ne trouva rien de mieux que de tuer la jeune maîtresse. Hadès rongé par le chagrin, transforma Mintha en plante, en plante ordinaire mais avec un parfum de nymphe; continuant par cela à titiller les sens des hommes, tous sexes confondus! L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais non. Déméter, la belle-mère, n’appréciant pas que sa fille soit trompée rendit Mintha stérile, condamnant ainsi la plante à se reproduire par ses longues tiges rameuses. Quand on connait le nombre d’hybridations qui ont lieu dans le genre Mentha, on se rend vite compte que Déméter n’a pas réussi son coup!

Quelques menthes

  • Mentha aquatica (M.hirsuta), menthe aquatique ou menthe rouge à feuilles vertes, brillantes, lisses d’odeur très agréable; peut-être la plus parfumée des espèces indigènes mais assez rare. Se trouve en zones humides; n’aime pas les sols calcaires, jusqu’à 1700m. Europe, Asie occidentale, Afriuqe septentrionale, Afr.australe, Amérique …
  • Mentha arvensis , menthe des champs ou menthe sauvage. Feuillage velu à odeur forte et agréable, bout des tiges feuillé. Fréquente les prairies humides et grimpe jusqu’à 1500m. Europe sauf les plaines méditerranéennes, Europe occidentale, Scandinavie, Asie occidentale et boréale.
  • Mentha asiatica
  • Mentha australis
  • Mentha canadensis
  • Mentha cervina (Preslia cervina), la preslie des cerf, cette menthe surprend par son allure de sariette. Son odeur forte et pénétrante ne laisse aucun doute sur son identité. Typiquement méditerranéenne, zones humides du pourtour méditerranéen.
  • Mentha cervina ‘Alba’ (Preslia cervina), la même mais en blanc
  • Mentha cunninghamii
  • Mentha dahurica
  • Mentha diamenica
  • Mentha gattefossei
  • Mentha grandiflora
  • Mentha haplocalyx
  • Mentha japonica
  • Mentha kopetdaghensis
  • Mentha laxiflora
  • Mentha longifolia (M.silvestris), menthe à longues feuilles; jusqu’à 1.20m, son odeur est forte et ses feuilles elliptiques sans pétioles lui ont valu son nom, recouvertes d’un dense duvet de poils, elles sont d’un gris-vert laineux et franchement blanchâtre sur le dessous. Odeur prononcée et agréable, utilisée en cuisine et pharmacopée. Vit en lieux frais et humides en Europe, Asie occidentale jusqu’en Inde, Afrique septentrionale et australe jusqu’à 1900m.
  • Mentha micrantha
  • Mentha pulegium, menthe pouliot ou pouillot, herbe de St-Laurent. Espèce  basse, 40cm maximum, petites feuilles peu velues. Confusion possible avec M.arvensis mais s’en distingue avec son port plus étalé. Europe, Asie occidentale, Afrique septentrionale et Amérique; rarement au-dessus de 500m.
  • Mentha requienii, menthe corse, menthe mousse. Si petite qu’il faut une loupe pour l’observer. Elle forme de petits coussinets à très forte odeur de menthe. Elle ne tient malheureusement pas assurémment l’hiver dans nos contrées du pied du Jura. Elle est spontanée en Italie, Corse, Sardaigne, Portugal.
  • Mentha rotundifolia (M.suaveolens, M.insularis), menthe à feuilles rondes. Une habituée des prairies fraiches, ses tiges et ses feuilles sont couvertes d’un duvet de poils. Odeur forte mais peu agréable, une confusion est possible avec M.spicata dont elle se distingue par l’odeur et des poils fourchus sur la face inférieure des feuilles. Europe, Afrique septentrionale.
  • Mentha satureioides
  • Mentha spicata (M.viridis, M.crispa, M.crispata, M.silvestris), la menthe verte. Odeur très agréable; originaire des montagnes, elle a conquis la plaine entière; grandes feuilles vertes, dentées et lisses. Une des plus cultivée. Spontanée dans nos montagnes en lieux humides, Europe centrale, Algérie, Canaries, …
  • Mentha spicata ‘Crispa’, la menthe crispée est souvent considérée comme une espèce, mais c’est bien une menthe verte et crispée, aux feuilles à demi renfermées
  • Mentha spicata ‘Nanah, la menthe marocaine typique et de référence. Feuilles gaufrées d’un beau vert vif; elle est originaire …   du Liban !
  • Mentha spicata ‘Vintimille’, menthe ‘Vintimille’; son parfum est moins entêtant que sa soeur ‘Nanah’ et elle supporte mieux les grandes chaleurs
  • Mentha x carinthiaca (M.arvensis x M.rotundifolia), feuillage très variable, peu dentées, recouvertes d’un duvet. Présente là o`ses parents habitent!
  • Mentha x gentillis (M.arvensis x M.spicata), la menthe noble. Tiges souvent teintées de rougeâtre, jusqu’à 100cm, feuilles velues allongées. Très répandu dans toute l’Europe occidentale.
  • Mentha x piperita (M.aquatica x M.spicata), la menthe poivrée est une espèce subspontanée échappée des jardins. Odeur franchement piquante et aspect très polymorphe. Les variétés ‘Mitcham’ en font partie. Les var. les plus utilisées en herboristerie: ‘Hongrie’, ‘Milly
  • Mitcham’, ‘Maine-et-Loire’, ‘Mitcham Ribécourt’ et les plus utilisées en distillation: ‘Hongrie’, ‘Mitcham Ribécourt’, ‘Le Chaffau-Digne’, ‘Turin’ et ‘Pessione
  • ‘Mentha x piperita var carinthiaca, larges feuilles parfumées à l’orange, tiges rouges et odeur entêtante
  • Mentha x piperita var citrata, les menthes citronnées et les variétés ‘Bergamotte’ odeur d’agrumes très prononcé, ‘Chartreuse’ subspontanée dans la vallée du même nom, elle y doit son nom pour sa aprticipation à la célèbre liqueur, ‘Basilic’ avec un joli parfum de basilic, ‘Orange’ sont dans ce groupe
  • Mentha x piperita var neploides, une des menthe poivrée les plus douce
  • Mentha x smithiana (M.rubra, M.spicata x M.verticillata), la menthe rouge avec son odeur piquante et très fraiche de sirop à la menthe. Jusqu’à 1.50m, fréquente dans les fossés, talus et friches.
  • Mentha x verticillata (M.arvensis x M.aquatica), menthe verticillée, plus velue et plus robuste que M.arvensis, généralement stérile. Commune là où ses parents existent.
  • Mentha x villosa (M.x rotundifolia; M.rotundifolia x M.longifolia), menthe velue; se distingue de M.rotundifolia par ses feuilles ovales et peu gaufrées, ne dépasse pas 80cm.

    Les menthes sont vivaces. Dès que l’une d’elles s’implante en terre inconnue; elle n’a de cesse de s’étaler et de conquérir ce sol inexploré. La puissance de son appareil végétatif souterrain est une garantie de survie pour ses nombreux hybrides stériles. Elle supporte bien la taille et les prélèvements fréquents, un sol humide et de préférence à mi-ombre.

Pour l’empêcher de conquérir votre jardin par ses rhizomes, il suffit de la planter en bac, seau ou vieilles seilles percés. Une barrière à rhizomes pour bambous fait aussi l’affaire. La menthe ne reste jamais à l’endroit où on l’a planté ! Il faut le savoir, même en pot; plantée au centre on la retrouvera sur les bords, elle cherche à s’échapper.

La menthe est l’une des plantes médicinales les plus célèbre. Elle aurait des vertus digestives, carminatives, antiseptiques, toniques et stimulantes. La plus utilisée en phytothérapie est la menthe poivrée car elle renferme de 44 à 83% de menthol à l’origine de cette fraicheur, plus pauvre en menthol, la menthe verte est plus facilement utilisée en cuisine.

La fameuse menthe dite « marocaine » est à rechercher dans les diverses variétés de menthes vertes ou de menthes à feuilles rondes; car il n’y a pas une  menthe marocaine, mais bien plusieurs selon les régions et les goûts …

Peu attaquée par les parasites, il faut signaler tout de même la rouille et les pucerons. En incorporant à l’eau d’arrosage des purins d’ortie et de consoude, alternativement, on limitera ces phénomènes. A noter aussi qu’associée aux cultures de choux, la menthe poivrée les protège de la piéride.

Sources: « Parfum de Menthe », de Bernard Bertrand, collection Le Compagnon Végétal aux éditions du Terran
Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *