Lavandes & lavandins

Lavandes & lavandins

Un peu d’histoire de cette plante millénaire

Venue sans doute de Perse ou des Canaries, la lavande pousse en Provence depuis des siècles. C’est là sur ces hautes terres qu’on la rencontre, là où le climat favorise la quintessence de ses propriétés. Le mot « lavande » aurait été créé au Moyen Age d’après le verbe latin « lavare ». Pendant la révolution française, il y avait un monastère à Ligières dont tous les moines avaient été chassés. Ils sont allés se réfugier en Angleterre. Ce faisant, ils ont emporté des plants de lavande avec eux et c’est l’origine de la célèbre lavande anglaise.

Lavande ou lavandin, un peu de botanique

Si le néophyte confond et regroupe ces deux espèces sous le terme générique de « lavande », il est cependant nécessaire de bien les différencier au point de vue botanique mais également au plan des marchés et utilisations.

La lavande à feuilles étroites -Lavandula angustifolia (L.officinalis)- a des hampes florales fines et l’épi floral est toujours unique sur la hampe. A l’état sauvage, cette lavande est commune à tout le bassin méditerranéen, mais c’est surtout en Haute-Provence qu’elle trouve son lieu de prédilection. C’est une plante qui aime les sols calcaires et secs; elle pousse à partir de 600m et peut aller jusqu’à une altitude voisine de 1800m. Elle supporte remarquablement bien le froid.

Son système de reproduction est sexué et chaque graine donne un plant, puis une touffe particulière. C’est ce qui explique les différences de taille, de forme d’épis floraux et de couleurs qui peuvent varier du mauve au violet et du blanc au rose. Puisque chaque touffe est typique, des sélections sont faites sur des individus qui conviennent à ce que l’on veut en faire, soit pour la bouquetterie, les rendements en esssences, les couleurs d’épis ou autres et des bouturages sont ensuite effectués sur les sélections intéressantes. Ce procédé permet ainsi d’assurer une uniformité de la culture.

Ses variétés sont multiples et ci-dessous, vous trouverez ainsi que dans notre catalogue, une liste des variétés que l’on trouve sur le marché pour une utilisation purement ornementale. Pour les huiles essentielles, le chois est un peu plus étroit et c’est surtout ‘Maillette’ et ‘Matheronne’ qui sont utilisées actuellement.

La lavande à feuilles larges -Lavandula latifolia- a tout d’abord été baptisée L.spica tout comme la lavande à feuilles étroites (L.angustifolia) par Linné en 1753. Il faudra attendre Bauhin pour avoir une distinction entre ces deux lavandes. L.vera deviendra ensuite L.angustifolia et L.spica deviendra L.latifolia.

Le lavandin -Lavandula x intermedia- est né de l’hybridation naturelle entre la lavande vraie Lavandula angustifolia et la lavande spic ou aspic Lavandula latifolia. On le trouve naturellement aux zones de contact des deux espèces parentales, c’est-à-dire entre 400 et 600 mètres. Les « lavandes bâtardes » citées par les anciens étaient déjà ces fameux lavandins. Sa reproduction se fait par bouturage et ses carctéristiques sont intermédiaires à ses deux parents.

  • épillets secondaires moins piquants que chez L.latifolia mais plus que chez L.angustifolia qui n’en possède jamais
  • essence moin forte que L.latifolia à forte teneur en camphre, et moins fine L.angustifolia qui ne contient pas de camphre.
  • du fait du croisement, vigueur supérieure des touffes ainsi qu’en épaisseur et longueur des hampes florales, système radiculaire étendu donnant une grande résistance à la sécheresse.
  • rendement en essence élevé pouvant aller de 3 à 10 fois celui obtenu avec L.angustifolia !

Actuellement, plusieurs variétés de lavandins sont cultivés: ‘Abrial’, ‘Grosso’, ‘Super’ et ‘Sumian’.

Quelques autres espèces:

  • Lavandula abrotanoides, originaire des Canaries
  • Lavandula angustifolia (L.spica par confusion, L.officinalis, L.vera),
  • lavande à flles étroites, lavande officinale, lavande vraie, lavande femelle
  • Lavandula angustifolia subsp pyrenaica,
  • Lavandula angustifolia var. delphinensis, possède des rameaux plus grêles que l’espèce, flles plus foncées, parfum moins fin
  • Lavandula angustifolia var. fragrans, rameaux courts et rigides, flles plus grandes et plates, hampes florales flexueuses et parfum discret
  • Lavandula antinea, orig. du Sahara, connu dès 1929
  • Lavandula aristibracteata, orig. d’Arabie, connu dès 1985
  • Lavandula atriplicifolia, orig. du sud de l’Arabie, Egypte et Ethiopie, connu dès 1848; ses fleurs sont jaunes et ses feuilles entières et lobées
  • Lavandula bipinnata, orig. du centre et sud de l’Inde, connu dès 1891
  • Lavandula brevidens, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1929
  • Lavandula buchii, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1848
  • Lavandula canariensis (L.abrotanoides, L.stoechas abrotanoides, L.multifida subsp canariensis), lavande canarienne, orig. des Iles Canaries, connu dès 1768
  • Lavandula citriodora, originaire d’Arabie dès 1985
  • Lavandula coronopifolia (L.stricta), orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1813
  • Lavandula dentata (L.stoechas dentata, L.santolinaefolia, L.stoechas secunda), lavande dentée, lavande anglaise, orig. « Angleterre », Espagne et Maghreb, Iles atlantiques, connu dès 1753
  • Lavandula dhofarensis, orig. de Dhofar, connu dès 1985
  • Lavandula foliosa, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1888
  • Lavandula galgalloensis, orig. d’Arabie, connu dès 1985
  • Lavandula gibsonii, orig. du centre et sud de l’Inde, connu dès 1839
  • Lavandula hasikensis, orig. d’Oman et Dhofar, connu dès 1848; ses épis sont très courts et ses feuilles ressemblent à des feuilles de chêne
  • Lavandula lanata (L.spica var. tomentosa), lavande laineuse connue dès 1838
  • Lavandula latifolia (L.spica), lavande aspic, lavande mâle, « Aspic » connue dès 1787
  • Lavandula macra, orig. d’Arabie, Socotra et Somalie, connu dès 1894
  • Lavandula mairei, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1927
  • Lavandula maroccana, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, connu dès 1922
  • Lavandula minutolii, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1860
  • Lavandula multifida (L.pinnatifida), orig. Espagnes et Baléares, connu dès 1753
  • Lavandula nimmoi, orig. d’Arabie, Socotra et Somalie, connu dès 1848
  • Lavandula pedunculata (L.stoechas subsp pedunculata), lavande papillon, orig. du bassin méditerranéen, Asie mineure, Afrique du Nord et Iles atlantiques, sols acides, silicieux ou argilo-calcaire et auvres, connu dès 1802
  • Lavandula pinnata (L.pinnatifida), lavande pennée, orig. des Canaries et de Madère, connu dès 1780
  • Lavandula pubescens, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1834
  • Lavandula pyrenaica, originaire des Pyrénées
  • Lavandula rotundifolia (L.apiifolia, L.stoechas rotundifolia), lavande à feuilles rondes, orig. des Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1860
  • Lavandula setifera, orig. d’Arabie, Socotra et Somalie, connu dès 1860
  • Lavandula somaliensis, originaire de Somalie, connu dès 1937
  • Lavandula stoechas (L.officinarum, L.stoechas arabica), lavande à toupet, lavande maritime, lavande des Maures, orig. du bassin méditerranéen, Asie mineure, Afrique du Nord et Iles atlantiques en sols acides et schistes, connu dès 1753
  • Lavandula stoechas subsp leucantha (L.stoechas forma leucantha), sols acides et schistes
  • Lavandula subnuda, orig. d’Arabie, Socotra et Somalie, connu dès 1848
  • Lavandula tenuisecta, orig. du bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Iles du Cap Vert et Madère, connu dès 1875-78
  • Lavandula viridis (L.stoechas subsp viridis), orig. du bassin méditerranéen, Asie mineure, Afrique du Nord et Iles atlantiques, sols acides et schistes, connu dès 1788
  • Lavandula x allardii (L.dentata x L.latifolia), connu dès 1890
  • Lavandula x heterophylla (L.dentata x L.angustifolia)

Les lavandes par variétés:

  • lavandes :
  • ‘Bleu Velours Charles’ ou ‘Bleu Velours Paul’ ont des calices violines, veloutés, corolle mauve pour la première et bleue pour la seconde
  • ‘Delphine’, calice mauve clair velouté port compact
  • ‘Edith’, rose foncé, port compact
  • ‘Flocon’ (‘Edelweiss’), blanche au port compact
  • ‘Hidcote’ (‘Hidcote Blue’), bleu foncé au feuillage gris-argent, compact et touffu, 55cm
  • ‘Jardin des lavandes’ calice bleu marine et corolle mauve, longues tiges
  • ‘Luberon’, mauve lumineux à fragrance légère, feuillage gris-cendré, fournis et parfumé
  • ‘Lumière des Alpes’, calice violine et corolle mauve, tiges très longues et feuillage vert-cendré
  • ‘Mélancolie’ (L.angustifolia argentea), lavande grise, fleurs gris-mauve au feuillage vert-cendré, compact
  • ‘Munstead’ (‘M.Dwarf’, ‘M.Blue’), infolrescences épaisses et mauves claires, feuillage gris-vert, 35-45cm
  • ‘Nana alba’ (‘M.Dwarf White’), fleurs blanches, feuillage gris vert-cendré, nain et compact, 30cm
  • ‘Nana compacta’, fleurs mauves, feuillage gris, 50cm
  • ‘Rêve de Jean-Claude’ (‘Rêve’), fleurs mauves, très parfumées, feuillage gris-cendré, très fournis, 60cm
  • ‘Twickel Purple’, mauve foncé, précoce et unifère, feuillage vert-cendré, 45cm
  • ‘Manon des lavandes’, rose au feuillage vert-cendré, port compact
  • rosea ‘Fanny’, rose, port compact, touffu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *